Paul Melun
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • LinkedIn

Paul Melun a 23 ans, depuis ses études à Sciences Po Bordeaux, il a présidé l’UNEF dans son école et est adhérent au Parti Socialiste depuis qu’il est en âge de voter. Il poursuit aujourd’hui ses études en Master à l’ESSEC à Paris.

A l’heure de la désorientation et des incertitudes, nous avons besoin d’une voix qui porte haut et fort nos idéaux.

Je suis socialiste, et à ce moment clé de notre histoire, j’éprouve le besoin de m’engager aux côtés du plus charismatique, du plus expérimenté et du plus droit de nos candidats : Stéphane Le Foll.

Alors que la gauche se fracture, que la droite et ses avatars ignorent les plus fragiles et que les nationalismes se réveillent, il faut que le Parti Socialiste soit au rendez-vous de notre siècle. Je crois à l’héritage de ces hommes et de ces femmes qui ont su donner leur vie à leur engagement socialiste. Ils s’appelaient Jean Jaurès, Léon Blum, Pierre Mendès-France ou François Mitterrand. Durant les tumultes du siècle dernier ils ont su être au rendez-vous de l’histoire pour protéger celles et ceux qui souffrent ; ne laissons pas les plus fragiles orphelins de nos combats.

Lorsque je m’interroge sur la situation de mon pays et que vient le temps de la technocratie déshumanisée et dépourvue d’idéal, je relis le discours de Jaurès à la jeunesse. Je trouve les réponses à mes questions dans ces mots du grand Jaurès à Albi en 1903.

« Le courage (…) c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe ».

Stéphane Le Foll a compris cette phrase prononcée par Jaurès, il n’a pas couru vers les récompenses, et n’a pas ménagé sa peine pour chercher la vérité et la dire aux socialistes.

Alors oui, la France a besoin du socialisme, elle a besoin d’un mouvement fort pour porter haut le drapeau de la rose au poing et l’intelligence populaire. Mon candidat n’a jamais lâché le drapeau, je lui confie le soin de le conserver.

Mes ami(e)s, mes camarades, je vous invite à soutenir nombreux Stéphane lors de notre congrès,

Paul Melun

Share This

Partager

Partager sur les réseaux sociaux